35 membres de l'OSC formés pour faire face à la crise humanitaire dans le Sud de Madagascar

ASOS ou Action Socio-sanitaire Organisation Secours met en œuvre un projet en faveur des OSC ou Organisations de la Société Civile du Sud. Financé par le programme Fanainga, le but en est généralement de faire des membres des OSC des acteurs du changement dans leurs domaines d’activité respectifs.

D’aucuns savent qu’une partie du Sud de Madagascar fait les frais du changement climatique. La population y souffre du « Kere » ou de la famine, comme on dit dans la langue de Molière. Face à cela, l’ONG ASOS conduit un projet de renforcement du leadership des Organisations de la Société Civile (OSC) dans les actions pour faire front à l’urgence de la situation humanitaire dans cette partie de la Grande Île depuis 2020, selon Dr Colas Emilien Rafanoharana, Coordinateur interrégional de l’ONG.

Ils sont au total 35 membres à bénéficier de ce projet dont 5 à Ampanihy, 04 à Betioky, 05 à Sakaraha, 08 à Tuléar 2 et 13 à Tuléar 1. Les bénéficiaires de la formation dispensée à cet effet sont des responsables des OSC dont 12 femmes et 23 hommes âgés de 25 à 60 ans. Pratiquement, ces derniers sont formés et accompagnés pendant six mois, « afin qu’ils puissent se positionner en véritables leaders et acteurs de la sortie des crises humanitaires », explique notre interlocuteur.

Ainsi, la formation comprend trois modules : le monde humanitaire, plaidoyer et communication et simulation. En outre, elle se subdivise en 2 phases. La première phase étant déjà terminée, la deuxième phase se tiendra vers la mi-décembre.

Nos questions au Dr Colas Emilien Rafanoharana, Coordinateur Interrégional, de ASOS

1. Pourquoi avoir planifié cette formation ?

Les crises humanitaires (Kere, Covid19,…) ont permis de constater l’importance des rôles que jouent les organisations de la Société Civile en tant que mécanisme de redevabilité. En outre, nous avons pu constater que la capacité de ces OSC, qui sont pourtant très proches de la communauté, est insuffisante pour apporter une réelle réponse à la crise. Ces OSC seront regroupées au sein d’un réseau appelé le Réseau ROCH. www.reseauroch.org

2. Avez-vous des preuves sur l’efficacité de la première phase de la formation ?

Les formations ont d’ores et déjà porté leurs fruits, car nous avons constaté une proactivité de la part des OSC en étant plus visibles, plus organisées et plus opérationnelles.

3. Avez-vous des exemples plus concrets ?

Par exemple, dans les districts de Betioky et d’Ampanihy , les OSC formées ont participé à de multiples dialogues communautaires au niveau des fokontany pour identifier les besoins réels de la communauté et divulguer les messages clés en terme de nutrition. Dans les districts de Tuléar 1 et 2, on assiste à une réorganisation interne de chaque OSC de façon à être plus opérationnelle (revue de l’organigramme, acquisition d’une nouvelle vision stratégique, ou encore l’amélioration de la visibilité)

1 « J'aime »