Danielle Razafiarison, une conseillère fiscale et juridique hors pair

La satisfaction d’avoir contribué à l’implantation de nouveaux investisseurs à Madagascar et à la création d’emploi pour les Malgaches font que j’aime ce métier

Le Droit des affaires, ça la connaît. Titulaire d’un diplôme d’étude approfondie (DEA) en Droit des affaires, elle a été, pendant 10 ans, Juriste fiscaliste chez EY Madagascar, ce grand cabinet d’audit et fiscal international qui fait partie des Big 4. Nous pouvons dire qu’elle fait partie de ces personnes qui ont eu la chance d’avoir un travail qui correspond parfaitement à leur formation. Elle, c’est Danielle Herimanantsoa Razafiarison. Ayant intégré le cabinet au plus bas de l’échelle en tant qu’Assistant Débutant, la juriste a gravis tous les échelons pour finir Manager. Toutefois, elle ne voyait pas son avenir de cette façon, au début. En effet, à cause de ses constantes migraines, les longues études et ce genre de travail intellectuel ne l’attirait pas vraiment. D’ailleurs, c’était pour cela qu’on lui avait fait suivre un enseignement technique professionnalisant pour l’obtention d’un Brevet d’Études Professionnelles (BEP) en hôtellerie. Cependant, quelque temps après avoir obtenu son BEP, elle avait décidé de passer le concours d’entrer à la Faculté de Droit de l’Université d’Antananarivo sur les conseils de son père. Et, c’était sur la base de l’équivalence de son BEP qu’elle a concouru.

Mais si elle semblait suivre une voie incertaine en faisant dans le domaine du Droit, actuellement, elle est certaine de sa vocation. « L’apprentissage continu, le défi que représente chaque situation spécifique, les échanges d’expériences entre collaborateurs, la spécialisation en fiscalité tout en gardant la pluridisciplinarité dans les affaires traitées, la collaboration internationale, le sentiment de satisfaction d’avoir contribué à l’implantation de nouveaux investisseurs à Madagascar et à la création d’emploi pour les Malgaches font que j’aime ce métier », affirme-t-elle avec conviction.

Récemment, elle a décidé de quitter EY Madagascar pour poursuivre de nouveaux défis personnels et professionnels. Elle nous informe qu’elle est en train de terminer ses études en cours et d’entamer une formation en coaching professionnel. « J’ai choisi de faire une semi-reconversion professionnelle en troquant le statut de salarié d’entreprise contre la casquette de prestataire de service », nous explique-t-elle. À cet effet, elle vient de monter sa propre entreprise de prestation de services de représentant résident, de formation, de « mentoring » professionnel et de consultance fiscale et juridique.

Nos questions à Danielle Herimanantsoa Razafiarison

  1. Vos réactions sur la situation fiscale à Madagascar ?
    Il y a certes déjà beaucoup d’efforts entrepris que je salue. Néanmoins, je pense qu’il y a encore beaucoup à faire pour avoir la confiance des contribuables, pour que la population soit convaincue du rôle de la fiscalité et de l’impact positif de leur contribution. Plus d’efforts sont également nécessaires pour attirer et retenir les investisseurs étrangers.
  2. À part être une conseillère fiscale et juridique, que faites-vous d’autres ?
    Sur le plan professionnel, je suis en train de terminer mon doctorat en Droit et je suis une formation dispensée par une spécialiste du coaching pour devenir coach personnel. Mais à part tout cela, le cinéma, les NTICs, l’écriture, le développement personnel, la lecture, l’astronomie, l’astrologie ou encore la cuisine me passionnent.
  3. Un évènement qui vous a marqué dans le cadre professionnel ?
    Un jour j’ai fini par pleurer au bureau parce qu’un client m’a engueulé au téléphone. Il accusait l’équipe injustement d’avoir failli à ses obligations professionnelles alors que nous avions fait tout notre possible. J’avais trouvé cela injuste. Mais après, j’avais pu apprendre qu’il ne fallait pas tout prendre personnellement.
1 « J'aime »