Le Bibliobus parcourt les quartiers de Tana pour donner le goût de la lecture aux enfants des rues

Beaucoup d’enfants des quartiers d’Antananarivo n’ont pas accès à la lecture de livres. L’Association Ank’Izy leur offre le Bibliobus. Les développements personnel et culturel de ces enfants, c’est leur priorité !

« Oyez, oyez ! Le Bibliobus est là ! » Et oui, nous entendons le ronronnement du moteur de ce bus coloré (bleu – vert – orange – blanc), qui se gare sur l’esplanade du quartier. Quand nous nous rendons sur place, nous remarquons tout de suite les livres exposés dans sa vitrine. On y trouve des livres en Français et en Anglais. Toutefois, l’association privilégie les livres en Malagasy ou bilingues (Français/Malagasy – Anglais/Malagasy), selon Dimby Ranoelimanana, président fondateur de l’Association.

Tous les mercredis après-midis et les samedis matins, cris de joie et d’excitation animent les quartiers d’Ambatomainty, de La Réunion Kely, ou encore d’Anosibe. Les bénévoles de l’association Ny Ank’Izy accueillent en moyenne 60 enfants (49 pour Ambatomainty, 59 pour Anosibe et 73 pour La Réunion Kely), toujours d’après le président. 55% des mini-visiteurs sont entre 6 et 10 ans, 23% sont entre 11 et 13 ans et 17% ont moins de 5 ans.

Et c’est parti pour une séance de deux heures. Tout d’abord, les enfants vont se laver les mains avec l’aide des bénévoles. S’ensuit, un bref apprentissage de la propreté et une petite animation en guise de salutation. Vient, ensuite, l’animation principale qui consiste en une activité commune autour d’un ou deux livres ou d’une planche (lecture de conte, présentation de livres, jeux autour d’un livre etc.). Après, il y a une séance de lecture libre où les bénévoles distribuent des livres aux enfants selon leur âge et leur capacité de lecture. Et pour clôturer la séance, quelques enfants partagent ce qu’ils ont retenu. Le sourire de ces enfants témoigne de leur intérêt pour les diverses activités proposées. De leur côté, les bénévoles trouvent dans ces moments de partage avec les enfants une source de « joie indescriptible ».

Nos questions à Monsieur Dimby Ranoelimanana, président de l’association Ny Ank’Izy

1. Pourquoi ces quartiers ?

Les quartiers ont été choisis avec notre premier partenaire APLEM, avec qui nous avons travaillé durant six mois. Les cibles étaient premièrement les enfants en situation de rue, dans des quartiers vulnérables, qui bénéficiaient déjà du projet « Boky Mitety Vohitra ». Nous avions uni nos capacités afin de permettre un accès continu aux livres.

2. Au niveau de l’organisation des activités, comment faites-vous ?

Les bénévoles sont regroupés en équipes de 10 qui fonctionnent en cycle, tout comme les visites de quartier (en cycle de 2 semaines), car nous ne disposons pour l’instant que d’un bus. En moyenne, 3 à 5 bénévoles sont présents sur place à chaque séance.

3. L’association a-t-elle un projet d’expansion ?

Nous travaillons actuellement sur l’expansion vers d’autres quartiers. Nous ne pouvons pas en dire plus, mais nous souhaitons nous étendre vers nos EPP partenaires. Cela en sus de notre activité principale et notre collaboration avec quelques petites structures scolaires privées. Nous sommes ouverts à tout partenariat.

1 « J'aime »