Rindra Rakotonirina, la designer-née

La cicatrice lui rappelle constamment ses talents

La rédaction : Qui êtes-vous ?

Rindra Rakotonirina : Je dirais que ma main dit tout de moi.
En examinant ses mains, nous remarquons que son pouce est marqué par une cicatrice. Elle nous explique fièrement qu’à l’âge de 1 an et demi, elle a joué avec une machine à coudre et s’était fait happer le pouce. Actuellement, elle voit cette marque comme un signe qu’elle était destinée à faire ce métier. Elle lui rappelle constamment ses talents de designer. Pour elle, un designer est un artiste qui dessine des habillements qui feront ressortir les points forts de la physique de celles et ceux qui les portent. Et, sans cette magie, la création reste sans vie.

Rindra Rakotonirina est la designer de « La Base », cette entreprise familiale composée de la mère et une fratrie de trois. Ce nom, c’est le surnom que les trois jeunes gens utilisent pour appeler leur mère. « Ma mère aime créer et mettre ses talents au service de ses clients », affirme Rindra Rakotonirina.
Quand elle était petite, notre interlocutrice ne voulait pas du tout devenir designer nous raconte-t-elle. Mais c’était sa mère qui l’a inspiré et lui a donné le goût de cette aventure de la création. « C’est une décision que je n’ai jamais regretté d’ailleurs ! » nous confie-t-elle. De plus, elle est aux anges de voir les gens heureux et satisfaits de ses créations et ça l’encourage à donner encore plus d’elle-même.

« Avant de créer, je pense toujours à la nature, aux sujets qui sont chers aux malgaches, au basket et à d’autres sports…et tout me vient facilement… », nous explique-t-elle. Et, comme elle le dit « Je mets beaucoup d’amour dans mon travail et je suis très méticuleuse ».

En tant que designer, Rindra Rakotonirina se singularise par ses expériences. Elle l’affirme ainsi : « À propos de la qualité des créations, j’en ai vu de toutes les couleurs depuis mon enfance. C’est ce qui fait que je détecte facilement les imperfections de loin ».

Nos questions à Rindra Rakotonirina

  1. Qu’est ce qui vous a marqué le plus au cours de ces années de carrière ?
    J’ai réalisé que plus nous créons pour les gens, mieux nous voudrions les satisfaire. J’ai aussi remarqué que le professionnalisme s’améliore avec le temps.
  2. Où est ce que vous vous voyez dans 10 ans ?
    J’adore ce que je fais actuellement. Je voudrais élargir nos activités, faire connaitre et prouver au grand nombre la qualité du vita gasy. Ainsi, je voudrais que dans 10 ans nous serions demandés par beaucoup plus de monde.
  3. Quel est le problème principal dans ce métier ?
    C’est le contexte dans lequel nous nous trouvons à Madagascar. Je suis designer dans un pays où une grande majorité de gens achètent des vêtements de seconde main par nécessité.
1 « J'aime »